Actualité

Un homme apprend que le corps de sa mère, donné pour la recherche, a plutôt été explosé lors de tests militaires

ETATS UNIS – Un homme de l’Arizona est bouleversé d’avoir appris que le corps de sa mère a été vendu à l’armée pour des « tests d’explosion ».

Et il fait partie des nombreuses familles qui ont donné les corps de leurs proches au Centre de ressources biologiques, sachant que leurs corps seraient utilisés à des fins scientifiques.

Des dizaines de familles ne savent toujours pas ce qu’il est advenu des corps de leurs proches qu’elles ont donnés au Centre de ressources biologiques.

« Son nom était Doris Stauffer », a déclaré son fils, Jim Stauffer

Jim Stauffer le sait, mais il souhaiterait presque ne pas le savoir. Il a fait don du corps de sa mère en 2013, après qu’elle ait combattu la maladie d’Alzheimer.

Il a fait confiance au BRC pour amener son cerveau aux neurologues qui pourraient en apprendre plus sur la maladie.

Mais au lieu de cela, le corps de sa mère, selon Reuters, a été vendu à l’armée américaine pour tester des explosifs.

« Elle était alors supposée être attachée à une chaise sur une sorte d’appareil, et une détonation a eu lieu sous elle pour avoir une idée de ce que le corps humain traverse lorsqu’un véhicule est frappé par un engin explosif improvisé », explique Jim. « Chaque fois que je rêve de ma mère, je vous dis qu’elle était une personne calme, cette personne dans mon rêve était en colère.

Aujourd’hui, l’intérieur de la maison de Stauffer est inchangé.

Les souvenirs de Doris et des choses qu’elle aimait sont toujours exposés, y compris une petite boîte remplie des cendres de son fils.

« Il a volé bien plus que le corps de ma mère… chaque fois qu’il y a un souvenir, chaque fois qu’il y a une photo que vous regardez, il y a cette chose laide qui s’est passée juste là, en vous regardant », a déclaré Jim. « Elle ne sera jamais oubliée ici. »

Stauffer poursuit le Biologic Resource Center. Le propriétaire, Stephen Gore, a été condamné à une période de probation après avoir plaidé coupable d’avoir dirigé une entreprise illégale en 2015.

Catégories
Actualité