Elle fait prostituer sa fille de 13 ans, mère en garde à vue.
Les abus qui ont eu lieu dans un environnement très dégradé. Quatre  » clients  » ont également été identifiés, dont un client âgé de quatre-vingt-dix ans

Ragusa, il se fait prostituer sa fille de 13 ans.
RAGUSA – Une mère qui obligeait la fille de 13 ans à se prostituer en échange d’argent ou d’autres avantages a été arrêtée par la police à Acate, Ragusa (Italie). Avec elle quatre « clients » de la jeune fille, âgés entre 30 et 90 ans ont également été arrêtés. Les enquêtes menées par l’équipe mobile coordonnée par le Bureau du Procureur du district de Catane ont montré que la jeune fille avait eu des rapports sexuels avec des ouvriers agricoles après avoir travaillé avec eux dans les champs. Les « clients » arrêtés ont été identifiés grâce à des interceptions téléphoniques.

Les abus ont eu lieu dans un environnement très dégradé : la mère, sans domicile fixe, offrait sa fille en échange d’un toit, mais aussi d’argent, de vin, de bière, de cigarettes ou d’une douche. La jeune fille était tellement habituée à avoir des relations sexuelles avec des adultes qu’ils ont découvert les hommes de l’équipe mobile de Ragusa, elle était aussi « fiancée » à un homme de 30 ans.

Malgré son age, la jeune fille de 13 ans travaillait également dans un bar du centre-ville. « Tout le monde savait que la petite avait des relations avec ses collègues de travail et au lieu de les dénoncer anonymement, ils se sont tournés vers l’autre côté ou, pire encore, ils ont cherché à ce qu’elle ait aussi des relations sexuelles avec elle. Tout le monde le savait, mais personne ne parlait « , a annoncé le bureau du procureur du district de Catane.

La femme et ses 4 ‘clients’ ont été arrêtés par l’équipe mobile de la Direction de la Police de Ragusa dans le cadre de l’opération’Greenhouse’. La mère fait l’objet d’une enquête pour aide et complicité dans la prostitution et les quatre hommes pour violence sexuelle, même s’ils n’ont pas  » contraint physiquement l’enfant « . En effet, explique le Parquet, « le législateur a voulu protéger les enfants de moins de 14 ans » qui « ne peuvent pas s’autodéterminer en voulant avoir des rapports sexuels, n’ayant pas encore atteint ce niveau de maturité ». L’enfant fut également accordé à d’autres hommes. L’un de ces hommes, un homme de 61 ans, prétendait avoir le  » droit exclusif  » sur l’enfant parce qu’il avait accordé à sa mère et à sa fille sa maison au bord de la mer.

La jeune fille a été confiée à un centre spécialisé et est accompagné du soutien de la police d’État et un d’un psychologue. Tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont eu des relations sexuelles avec l’enfant seront responsables du crime de violence sexuelle, même s’ils n’ont pas physiquement contraint l’enfant, parce que le législateur a voulu protéger les enfants de moins de 14 ans, précisément parce qu’ils ne peuvent décider eux-mêmes de vouloir avoir des relations sexuelles sans avoir encore atteint ce niveau de maturité.

Articles similaires